Radiographie Pédiatrique

C’est l’adaptation à l’enfant des techniques de radiographie pratiquées chez l’adulte.

Recherche de fractures ou de maladies osseuses

Analyse des articulations

Recherche d’anomalies sur la colonne vertébrale

Recherche d’une maladie pulmonaire

PRINCIPE DE L’EXAMEN de RADIOGRAPHIE

Chez les enfants, notre préoccupation est de diminuer l’exposition aux rayons X au minimum envisageable. 

Comment fonctionne la radiographie

Le faisceau de photons X projet est atténué différemment selon les structures qu’il traverse, en fonction de leur épaisseur et de leur numéro anatomique. Ainsi, les os (composés essentiellement de calcium au numéro atomique très élevé) « arrêteront » beaucoup plus les photons X que les tissus mous, ce qui constitue la base du contraste radiographique.

Les indications principales de radiographies sont :

– La recherche de fractures ou de maladies osseuses.

– L’analyse des articulations

– La recherche d’anomalies sur la colonne vertébrale.

– La recherche d’une maladie pulmonaire

Les informations des différentes structures anatomiques traversées par le faisceau de rayonnements sont projetées dans le même plan, où elles apparaissent superposées. C’est pourquoi il est souvent nécessaire de réaliser plusieurs incidences (des projections réalisées sous d’autres angles).

Les clichés sont réalisés par un manipulateur(trice) diplômé(e) d’état sous le contrôle d’un médecin radiologue.

C’est le même appareil qui est utilisé pour faire des radiographies chez l’enfant et chez l’adulte.

Chez l’enfant, les indications principales de radiographies sont les infections (notamment les infections broncho-pulmonaires et les infections urinaires), les traumatismes, et l’étude des pathologies malformatives congénitales, scolioses, etc…

Comme pour tout examen radiographique, il est nécessaire de rester immobile pendant l’acquisition des images, ce qui nécessite parfois la coopération des parents, et le recours à divers artifices en fonction de l’âge de l’enfant.

La préoccupation principale chez l’enfant sera de diminuer de la façon la plus importante possible l’exposition aux rayons X. Même s’il est très faible, le risque de provoquer un cancer radio-induit est plus important chez les enfants compte-tenu de la rapidité de développement et de croissance de leurs cellules, qui les rend plus sensibles aux rayonnements.

Il est donc d’autant plus important de justifier et d’optimiser les examens utilisant des rayonnements selon le principe ALARA (« as low as reasonnably achievable ») afin de minimiser ces risques.

Justification :

La réalisation de l’examen doit apporter plus de bénéfices que de risque.

Il faut toujours s’assurer qu’il n’y a pas d’autre type d’imagerie possible n’utilisant pas les rayons X (échographie, IRM) et qui pourrait permettre d’établir un diagnostic.

Optimisation :

Quand l’examen radiologique est réalisé, la dose de rayons X doit être la plus faible possible tout en permettant d’établir un diagnostic.

L’exposition d’une radiographie de thorax (0,005 à 0,01 mSv) est à mettre en perspective avec l’exposition aux rayonnements ionisants d’origine naturelle, estimée en moyenne en France à 2,5mSv par an.

LES DOCUMENTS  POUR VOTRE RENDEZ-VOUS

La carte vitale ou par défaut l’attestation de sécurité sociale.

L’analyse de sang si elle a été prescrite.

Les anciens examens si vous en avez. 

L’ordonnance et/ou le courrier du médecin ou de la sage-femme.

Le produit de contraste s’il a été prescrit.

Un moyen de paiement (carte bleue, chèques, espèces)